jeudi 7 février 2013

L'escapade sans retour de Sophie Parent de Mylène Gilbert-Dumas


La crise de la quarantaine : faire le bilan de sa vie et décider d'en changer, c'est ce qui arrive à Sophie Parent dans ce roman léger et profond à la fois. Malheureusement, je n'ai pas du tout adhéré aux choix de Sophie et ma lecture s'en est lourdement ressentie...

Tout plaquer pour un nouveau départ
Le jour de ses 40 ans, Sophie Parent est foudroyée par une révélation : d'apparence heureuse et réussie, sa vie n'est qu'un désert vide de tout désir, elle qui a passé son temps à servir les autres au détriment d'elle-même, sans jamais demander, et donc recevoir, une once de reconnaissance de la part de ses proches. "Esclave" de sa mère, de son frère, de son conjoint et de ses deux filles, Sophie n'a jamais su s'affirmer en disant "non". Elle crée donc la surprise générale en les laissant tous en plan et en sautant dans un avion pour deux semaines de vacances à Cancún, Mexique. Débute alors un road-trip qui lui en fera voir de toutes les couleurs...

Dès les premières lignes, Sophie a un côté Joséphine Cortes dans la trilogie de Katherine Pancol : une femme paumée mais qui décide d'aller de l'avant et de vivre sa vie. Et surtout, une femme attachante, qui commet (beaucoup) d'erreurs mais les exploite pour avancer et grandir. Le style concis et léger, teinté d'expressions québécoises très authentiques, incite d'ailleurs à suivre Sophie dans ses aventures hors norme et à tourner les pages.

Les mauvais choix de Sophie
Malheureusement, j'ai été rapidement déçue par les choix de Sophie : qu'elle souhaite vivre sa vie et revendique respect et reconnaissance de la part de ses proches est une chose, louable d'ailleurs, mais qu'elle impose ses choix sans laisser place à la négociation, au point de renoncer à sa relation avec sa famille, m'a révoltée. Alors qu'elle a souffert de l'attitude personnelle des autres, Sophie reproduit ce comportement. Répondre à l'égoïsme par l'égoïsme ne me semble pas être la meilleure solution. 

J'ai par ailleurs trouvé les personnages un peu trop caricaturaux et manichéens, et j'ai surtout regretté que les évènements soient décrits du seul point de vue de Sophie. En mettant en scène une Sophie "victime" de son horrible famille qui ne pense qu'à l'exploiter pour la mettre à leur service, j'ai trouvé l'auteur trop partiale et ce parti pris a fini par m'agacer.

Tout au long de ma lecture, j'ai hésité sur mon adhésion ou non au comportement de Sophie. Chacun en fonction de sa personnalité appréciera ou non ce personnage, et beaucoup s'attacheront certainement à elle, qui a malgré tout le mérite de ne pas laisser indifférent.

L'escapade sans retour de Sophie Parent de Mylène Gilbert-Dumas, VLB Editeur, 2011, 340 pages
A paraître le 4 avril 2013 aux éditions Pocket.

2 Commentaires :
  1. J'aime beaucoup la couverture qui est assez originale. Par contre je ne pense pas me laisser tenter, ce n'est pas le genre de bouquin que j'affectionne (et je compte d'abord passer le cap de la crise de la trentaine^^)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu et bien aimé ce livre. C'est vrai que Sophie devient égoïste à son tour mais je pense qu'il y a un moment ou nous devons tous le devenir pour retrouver notre liberté et vivre notre vie comme nous l'entendons...

    RépondreSupprimer