samedi 28 février 2015

Le chat du jeu de quilles, tome 1 : Qui a tué le père Pommier ? de Florence Clerfeuille

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous connaissez ma prédilection pour les romans à suspense et à l'intrigue bien ficelée. Alors, quand Florence Clerfeuille m'a parlé de sa trilogie Le chat du jeu de quilles, un polar aveyronnais dont l'un des personnages principaux est un chat, je n'ai pas hésité une seconde. J'ai d'ailleurs bien fait, car le premier tome est une formidable découverte.

Enquête en terre aveyronnaise
Marc est un ancien journaliste. Mis à la retraite sans qu'on lui demande son avis, il tourne en rond dans son appartement parisien. C'est alors que Manon, sa jeune collègue, l'invite à la suivre dans un petit village au cœur de l'Aveyron. Là-bas, il y a dix ans, l'une des figures du village, le père Pommier, s'est fait froidement assassiner, sans que son meurtre n'ai jamais été élucidé. Il n'en faut pas plus à Marc pour tout plaquer, venir s'installer avec Manon dans le village, et mener l'enquête pour savoir enfin qui a tué le père Pommier. Même si ça ne plaît pas à tout le monde...

Oubliez toutes vos idées reçues sur les romans régionaux et les intrigues rurales. En ouvrant ce roman, préparez-vous à vivre en immersion totale dans un petit village de l'Aveyron, où tout le monde vit sa vie... en apparence. En réalité, on est loin des après-midi plan-plan passés à jouer aux quilles de huit et des apéros à la bière au Café des Sports. Derrière cette façade bien tranquille, tout le village ne parle que d'une chose : l'arrivée de Marc et Manon, ce jeune couple à la différence d'âge trop grande, qui rappelle curieusement Clotilde, la jeune épouse du père Pommier retrouvée pendue dans une grange il y a dix ans. Et par le plus grand des hasards, voilà que son chat, un matou qu'on avait plus vu depuis la mort de la jeune femme, refait surface au village. 

Dans le premier tome de sa trilogie, Florence Clerfeuille mélange avec brio un talent certain pour le polar (même si le flic, en l'occurrence, est un journaliste à la retraite) et un tableau réaliste et touchant de l'Aveyron, un pays qu'elle connaît bien. Pas de doute, il s'agit bien là d'un roman aveyronnais pur jus, infusé aux quilles de huit, le sport régional. En bons ruraux qui se respectent, les habitants du village sont méfiants envers les nouveaux arrivants (surtout quand ils sont Parisiens !), surtout lorsque ceux-ci sont venus pour remuer les vieilles affaires.

Dès les premières pages, je me suis surprise à dévorer ce roman avec avidité. Comme Marc et Manon, je ne voulais savoir qu'une chose : qui a tué le père Pommier. Et je dois dire que je ne suis pas déçue. L'intrigue est bien ficelée, bien rythmée et sans le moindre temps mort : vous avez beau vous trouver dans un village où la moyenne d'âge doit être de soixante ans, vous n'avez pas le temps de vous ennuyer !

Côté plume, c'est également une belle surprise : Florence Clerfeuille écrit dans un style vif, comme ses personnages, sans pour autant sacrifier la langue sur l'autel de l'intrigue. Je reconnais là d'ailleurs l'influence de l'écrivain Jean-Philippe Touzeau, que l'auteur remercie à la fin de son livre.

Avec une intrigue saisissante, des personnages entiers et un style bien vivant, Le chat du jeu de quilles a tout pour plaire. Si vous cherchez un roman atypique, à l'atmosphère rurale si dépaysante, ne cherchez plus : vous l'avez trouvé.

Le chat du jeu de quille, tome 1 : Qui a tué le père Pommier, de Florence Clerfeuille, 195 pages
Tome 1 et tome 2 disponibles en ebook sur Amazon
Tome 3 à paraître en juin 2015

dimanche 22 février 2015

A un fil de Rainbow Rowell

Bien que très peu habituée à lire de la romance, j'ai été doublement attirée lorsque j'ai entendu parler du nouvel opus de Rainbow Rowell, A un fil : d'abord par l'envie de découvrir son auteur qui a conquis le cœur de nombreux lecteurs avec ses romances Fangirl et Eleanor & Park. Ensuite par son intrigue qui semblait annoncer une belle uchronie. Malheureusement, ce fut une lecture sans surprise qui m'a laissée sur ma faim.

Le passé au bout du fil
Au lieu d'aller passer les fêtes de Noël chez ses beaux-parents dans le Nebraska, comme tous les ans, Georgie décide de rester à Los Angeles pour travailler sur le projet de sa vie. C'en est trop pour Neal, son mari, qui part seul avec leurs deux filles, sans donner de nouvelles ni répondre au téléphone. Alors que leur mariage bat de l'aile depuis des années, cette fois-ci, tout semble terminé pour de bon. C'est alors que Georgie ressort un vieux téléphone jaune à cadran qui prenait la poussière chez sa mère, dans sa chambre de jeune fille. Contre toute attente, ce vieux coucou lui permet de discuter avec Neal... quinze ans plus tôt. Ce retour en arrière est-il l'occasion de réparer ses erreurs et d'influencer le présent ?

Si ça n'est pas une belle promesse d'uchronie, c'est-à-dire une réécriture du présent en modifiant les événements du passé, comme dans Retour vers le futur, je ne m'y connais pas ! Rapidement, l'auteur développe son intrigue et nous porte à croire que ce fameux téléphone jaune, à la manière de la DeLorean (oui, j'ai envie de filer la métaphore), va remarquablement influencer le cours des événements et la relation de Neal et Georgie. C'est du moins ce à quoi je m'attendais. A mon grand désarroi, Rainbow Rowell ne fait que survoler le sujet et nous livre ni plus ni moins qu'une romance somme toute banale.

Certes, les points positifs sont nombreux : les personnages sont attachants (même si Georgie, à la quarantaine, a encore la fâcheuse tendance de se comporter comme une ado), leur relation est complexe et on prend réellement plaisir à suivre leur histoire. L'écriture est simple mais efficace et le bond en plein cœur des années 90 a de quoi rendre nostalgique. Malheureusement, tout ce plaisir est gâché, pour moi, par une intrigue beaucoup trop prévisible malgré un gros potentiel, et par ce sentiment rageant que, mince alors, à quoi bon écrire tout un roman pour se retrouver au même point au départ comme à l'arrivée ?

J'ai passé un bon moment (au début) en lisant A un fil, mais je me suis vite lassée. Il s'agit là d'un roman qui plaira probablement aux amateurs de romance ou aux fans de l'auteur. Pour ma part, je parlerais plutôt de déception et de promesse non tenue. Dommage.

A un fil de Rainbow Rowell, Milady, 2015, 413 pages

dimanche 8 février 2015

Requiem pour Sascha, tome 3 : Agnus Dei d’Alice Scarling

Vous vous souvenez probablement de la trilogie Requiem pour Sascha d’Alice Scarling, dont j’avais dévoré le premier tome, Lacrimosa, et sa suite, Dies Irae. Le troisième volet, Agnus Dei, est sorti il y a quelques jours, et c’est avec tout autant d’enthousiasme et de plaisir que je l’ai savouré. Un troisième tome qui clôture la saga avec brio.

L'heure des choix
A la fin du tome 2, Alice Scarling nous laissait avec une Sascha en bien mauvaise posture. Dans Agnus Dei, elle fait preuve de clémence envers ses lecteurs en reprenant le récit à l’endroit même où elle l’avait laissé. Finis néanmoins le comique de situation à tout va et les pirouettes heureuses pour se sortir in extremis d’un mauvais pas, il s’agit là clairement du tome le plus sombre de la trilogie. L’Apocalypse est imminente et les événements de la fin du tome 2 ont opéré un revirement dans la personnalité de Sascha qui, bien que toujours à fleur de peau, est devenue craintive et taciturne. Elle intériorise la grande majorité de ses émotions, dont seul le lecteur a désormais la primeur, ce qui donne lieu, vous vous en doutez, à de nombreux malentendus avec ses acolytes.

Parlons-en, d'ailleurs, de ses acolytes. Sans surprise, Alice Scarling réunit les deux compagnons de Sascha, Raphaël et Zekiel, ce qui, bien sûr, ne fait qu’embrouiller les idées de l’héroïne déjà bien amochée. Après avoir goûté aux deux, la voilà maintenant obligée de faire un choix (pour ma part, j’ai une préférence pour Zekiel, mais après avoir discuté à quelques lectrices, il s’avère que Raphaël a aussi son nombre d’admiratrices).

Mais la nouveauté de ce tome 3, c’est l’arrivée d’un nouveau personnage, et pas des moindres, puisqu’il s’agit du fils de Dieu. Attention, oubliez le Jésus chaste et barbu que vous connaissez, Alice Scarling revisite le mythe à sa sauce. Ici, le fils de Dieu s’appelle Kevin (non, ça n’est pas une blague), il est gay et travaille comme stripteaseur dans un club SM. C’est ce qu’on appelle une réinterprétation.

Côté intrigue, l’Apocalypse prend un tour inédit et la mission se corse à mesure que Sascha voit ses certitudes balayées les unes après les autres par des révélations surprenantes. Le passé de Sascha, tout comme celui de Raphaël et Zekiel, se désépaissit, et la division du monde entre Ordre et Chaos n’est plus si évidente que cela.

Si je ne devais émettre qu'une réserve, ce serait sur la fin, trop rapide à mon goût par rapport au reste du roman tout en développement. J'ai également trouvé les différents choix de Sascha curieusement faciles comparés à ses hésitations maladives tout au long des trois tomes.

Hormis ce petit couac, la trilogie est un sans faute. Avec son style nerveux, son humour très présent et son intrigue originale, Alice Scarling parvient à nous tenir en haleine et à nous emporter dans son univers singulier. A découvrir de toute urgence.

Requiem pour Sascha, tome 3 : Agnus Dei d’Alice Scarling, 2015, Milady, 379 pages

dimanche 1 février 2015

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Il y a des livres qui, une fois commencés, sont impossibles à lâcher tellement ils vous entraînent dans une dimension parallèle. Le dernier que j’ai lu est de ceux-là : La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker, 850 pages de pur bonheur.

« Un bon livre est un livre que l’on regrette d’avoir terminé »
Cette citation d’un des personnages principaux du roman résume à la perfection le sentiment que j’ai à propos de ce livre. Malgré son succès immédiat à sa sortie en 2012, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert ne m’avait jamais vraiment intriguée. Quand ma collègue de travail m’a proposé de me le prêter, je dois donc avouer que c'est avec une certaine indifférence que je l’ai commencé. C’était un bien mauvais jugement : quatre jours après l’avoir terminé, j’y pense encore et j’aimerais déjà le relire.

33 ans après sa disparition dans la petite ville d’Aurora dans le New Hampshire, Nola Kellergan, 15 ans, est retrouvée assassinée, enterrée dans le jardin de Harry Quebert, un écrivain de légende dont le chef d’œuvre est étudié dans toutes les écoles d’Amérique. Alors que tout semble le désigner, Marcus Goldman, son « fils spirituel », à qui il a tout appris, fait le déplacement jusqu’à Aurora pour faire disculper son ami.

L’intrigue paraît simple au début, mais elle ne le reste pas longtemps. Tout au long des 850 pages, Joël Dicker réussit le tour de force de capter l’attention du lecteur avec une maîtrise des péripéties époustouflante. Il vous en met plein la vue, vous fait croire à des hypothèses qu’il s’amuse à démonter par la suite, bref, il joue avec vos nerfs pour ne vous révéler la vérité triomphante qu’à la toute dernière page.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est cette intrigue à la croisée des chemins, ce mélange de thriller, de polar, de roman d’amour et de récit initiatique. Cette déclaration d’amour aux livres et aux gens. Le tout lié par une écriture fluide et légère

Ne faites pas l’erreur que j’ai commise en passant devant ce roman sans vous arrêter : si vous en avez l’occasion, lisez-le plutôt deux fois qu’une.

La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker, Editions de Fallois (poche), 2014, 854 pages