La nuit des temps de René Barjavel

La nuit des temps de René Barjavel

C’est un classique de la littérature de science-fiction dont j’ai maintes fois entendu parler. Il était temps que je le lise ! Dans La nuit des temps, j’ai découvert l’univers hors du commun de René Barjavel, sa plume lyrique et sa réflexion sur la guerre, toujours actuelle. Une jolie surprise.


Mon avis

Tout commence lors d’une mission d'exploration scientifique en Antarctique : l’équipe internationale chargée des recherches, issue d’une collaboration entre tous les pays du globe, découvre le signal d’une pile atomique à plus de 1 000 kilomètres sous la glace. A cette profondeur, les carottes glaciaires datent de 900 000 ans : impossible que cette pile soit la trace d’une présence humaine ! Et pourtant, en creusant, les scientifiques découvrent les vestiges stupéfiants d’une civilisation très avancée, dont deux survivants ont été conservés dans la glace. Un homme et une femme vieux de 900 000 ans, sereinement endormis dans leur cocon glacé. En les réveillant, les chercheurs mettent au jour les ancêtres de l’humanité et leur technologie de pointe, qui pourrait régler tous les problèmes du monde actuel… 

Il y a tellement de choses dans ce roman que je pourrais en parler sur des pages entières ! Ce qui m’a frappée tout d’abord, c’est la précision scientifique dont René Barjavel fait preuve dans son récit. Physique, mécanique, linguistique… l’auteur a fait en sorte de respecter la véracité scientifique de l’intrigue, en plus de la rendre addictive à souhait. 

Là où le romancier surprend le plus, c’est dans la construction d’un monde quasi utopique, celui des Gondas, cette civilisation ancestrale qui, 900 000 ans avant notre ère, maîtrisait la force créatrice de l’univers qui lui permettait de créer à partir de rien. « Ce qui n’existe pas existe » : il y a dans cet adage une dimension presque philosophique qui force le respect par la sagesse qu’il dégage. René Barjavel a imaginé une société en harmonie avec la nature, respectant la vie terrestre et maîtrisant tous les secrets de l’univers. Une société qu’il décrit joyeuse, colorée, bienveillante. Mais une société qui, malheureusement, n’échappe pas à la guerre. 

C’est là l'aspect qui m’a le plus enjouée dans La nuit des temps : ce plaidoyer vibrant pour la paix, quelle que soit l’époque, quelle que soit la civilisation. Car tout évolués qu’ils soient, les Gondas subissent tout de même de plein fouet la guerre que leur mènent leurs ennemis les Enisors. L’occasion pour René Barjavel d’égratigner au passage les nations qui s‘affrontent en pleine guerre froide (il écrit en 1968) et de rappeler que le bellicisme ne mène à rien, sinon à l’extinction des espèces. Mieux vaut se respecter et s’aimer que entre-tuer.

La nuit des temps de René Barjavel

Enfin, La nuit des temps est une histoire d’amour forte, celle de la belle Eléa et de son promis Païkan, mais aussi celle du médecin Simon pour Eléa, objet de ses recherches. Il y a dans cette histoire amoureuse des passages d’une beauté pure, quoique parfois un peu longs, traduisant avec lyrisme ce que signifie l’amour que peuvent se porter deux êtres. Un lyrisme qui balance parfois avec l’humour et rend sans conteste le style de Barjavel reconnaissable… et tout simplement divin. 


En bref 

Un grand classique dont je comprends désormais le caractère incontournable ! Tout y est : une intrigue digne d’un thriller, un univers scientifique et quasi utopique qui n’a rien à envier aux plus grandes sagas de science-fiction, une histoire d’amour d’une beauté rare et un émouvant plaidoyer pour la paix. Le tout écrit dans un style délicieux. Il ne vous reste plus qu’à le (re)lire !


Le livre

La nuit des temps de René Barjavel
Edition collector Pocket (2018), 416 pages
Publié initialement aux éditions Presses de la Cité

Un grand merci aux éditions Pocket pour cette lecture !

4 commentaires :
  1. Ton article m'a fait repenser à ce livre. Je l'ai lu il y a près de 15 ans, pour l'école. C'est un de ces livres qui te reste dans la tête pour toujours, aujourd'hui encore je me souvenais des prénoms d'Eléa et Païkan :) Et cette si belle histoire d'amour. C'est vraiment un très grand roman ! Ton article m'a donné envie de le relire, je vais peut-être l'ajouter à ma liste du Cold winter challenge :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de t'avoir donné envie de le relire ! C'est clair qu'il reste en mémoire :)

      Supprimer
  2. C'est un classique que j'aimerais lire depuis longtemps, et ton article me le confirme !

    RépondreSupprimer