vendredi 22 juin 2012

Coup de coeur : Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, de J. Heska



Quatrième de couverture :
Jérôme est un jeune informaticien plutôt gauche et mal dans sa peau qui a du mal à s’intégrer à la société. Comme il le dit lui-même, il est invisible pour son entourage, insipide pour ses collègues, insignifiant pour sa petite amie.
Un jour, il tombe sur un article dans un magazine de psychologie bon marché censé aider les gens à régler un certain nombre de problèmes dans leur vie. Dans son cas, la thérapie préconisée va le conduire beaucoup plus loin que prévu. Jérôme va en effet jeter les bases d’une véritable théorie pour contrer la méchanceté humaine et devenir malgré lui le chef de file d’un mouvement philosophique, le « cimondisme », qui va prendre une ampleur inattendue et finir par révolutionner le monde.


Mon avis :
Avec Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, J. Heska fait un pari risqué : promouvoir la gentillesse comme valeur universelle dans un monde de brutes et proposer la reconstruction de la société autour de cette qualité. Il faut dire que le thème est touchant et laisse rêveur : faire davantage attention aux autres pour ne pas faire le mal et donc mieux vivre en société, c'est une belle utopie. Qui peut d'ailleurs faire sourire. 

Mais c'est là que réside toute la puissance du roman de J. Heska : grâce à un humour mené d'une main de maître, tant au niveau du style que de l'enchaînement des événements, le livre devient une vraie petite pépite !  Les deux leaders du mouvement cimondiste, Jérôme et Etienne, sont drôles malgré eux mais terriblement attachants. Les références culturelles cocasses (les figurines de Han Solo et d'Obiwan Kenobi d'Etienne et la sonnerie Tutti Frutti Summerlove de Jérôme) et les "expériences embarrassantes" des deux protagonistes sont à l'origine de nombreux fous rires tout au long de la lecture et la rendent encore plus plaisante.

Le style de l'auteur m'a particulièrement bluffée : c'est très, très bien écrit. Chaque phrase est travaillée, le texte a été lu et relu jusqu'à obtenir un ensemble très léché qui rend la lecture extrêmement agréable et fluide. Les descriptions, les dialogues et les conversations chat qui composent le roman sont parfaitement maîtrisés, tous les mots sont à leur place. J'ai particulièrement aimé les maximes qui séparent chaque chapitre et qui m'ont beaucoup fait sourire :
La vie, c'est comme une boîte de chocolats. Comme le dit la mère de Forrest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Ce qu'elle a oublié de préciser, c'est que lorsqu'on veut les partager, les autres piquent toujours les meilleurs.

La vie, c'est comme le Gange. C'est crade, boueux et ça pue, mais tout le monde se lave dedans. Et le pire, c'est qu'on en sort avec le sourire.

Vous l'aurez compris, Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir est pour moi un gros coup de coeur. J'ai adoré ce roman du début à la fin, et je suis ravie d'avoir découvert J. Heska dont je lirai le second roman sans tarder !

N'hésitez pas à aller visiter le blog de J. Heska, il y publie des nouvelles qui sont toutes aussi drôles et bien écrites que son roman.

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, J. Heska, Editions Transit, 2011, 214 pages
Disponible en ebook sur Amazon.

Je remercie chaleureusement J. Heska et Livraddict pour ce partenariat.

9 Commentaires :
  1. Merci beaucoup pour cet avis qui fait vraiment très très chaud au cœur ! Ravi que vous ayez passé un moment agréable en compagnie des personnages du roman :-) J'ai vraiment voulu construire un roman populaire (pas dans le sens péjoratif du terme, mais plutôt : qui soit léger, frais, pétillant, et qui fasse passer un bon moment aux lecteurs), objectif atteint, visiblement :-)

    J'espère que la lecture du second roman sera aussi agréable (le style est vraiment différent ;-) )

    Allez, hop, je vais me faire un petit Gunther pour fêter ça, ça faisait longtemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'objectif est atteint à 100 % ! Ce livre a été une vraie bouffée d'oxygène et de bonne humeur et je le relirai à coup sûr !

      Et moi aussi, à la lecture, je me suis repassée Gunther en boucle. Ca faisait des années ;)

      Supprimer
    2. Nous allons relancer l'épidémie Gunther en France ;-)

      Supprimer
    3. Et pourquoi pas ? Tutti Frutti Summerlove serait votre bande son et Ding Dong Song le générique de fin ^^

      Supprimer
    4. :-D

      J'avoue que j'ai un faible également pour "Christmas Song", mais la période n'est pas trop appropriée ;-)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas la chanson Tutti frutti summer love... mon dieu que c'est nul, je comprends que Jérôme ait eu honte :D Je ne peux pas dire que j'ai ri aux éclats ni que ça a été un coup de coeur, mais c'est un livre agréable qui mérite d'être lu en effet ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca, pour être nul, c'est nul, mais tellement drôle ! J'aime beaucoup l'humour de J. Heska :)

      Supprimer
  3. Je ne suis vraiment pas passée loin du coup de cœur avec ce livre !

    RépondreSupprimer