mardi 22 novembre 2016

Leçons d'un tueur ~ Saul Black

Le britannique Glen Duncan revient sous le pseudonyme de Saul Black avec un thriller diabolique qui a mis mes émotions et mes nerfs à rude épreuve.


Leçons d'un tueur ~ Saul Black

Quatrième de couverture :
C'est une chasse au trésor sanglante, dispersée dans tout le pays. Sept jeunes femmes violée, torturées puis tuées, dans le corps desquelles on a laissé d'étranges souvenirs : une fourchette, un abricot, une grenouille en terre cuite...
Valerie Hart, inspectrice à la Brigade criminelle de San Francisco, fut la première à relier ces crimes atroces entre eux. Mais aujourd'hui l'enquête piétine. Il ne s'agit plus seulement d'éviter une huitième victime, mais de sauver la vie d'une fillette sans défense, dans une cabane isolée du Colorado... Pour elle, chaque minute compte.

Mon avis :
Qu'il a été difficile à lire, ce roman ! Non qu'il ne m'ait pas plu, bien au contraire, mais cette effusion de violence gratuite et diabolique, notamment à l'égard de la petite Nell, a affolé mes émotions. Il est clair qu'être désormais maman ne me permet plus de supporter le sort des enfants de la même manière.

Contrairement à un polar traditionnel, Saul Black multiplie les points de vue, et donc les visions de l'horreur. Il y a celui des victimes : Nell, bien sûr, Angelo, son protecteur tout aussi impuissant, et Claudia, dont la situation a mis mes nerfs en pelote. Il y a celui de Valerie, l'enquêtrice dont l'arrestation du criminel est devenu une affaire personnelle. Et enfin, il y a le point de vue des meurtriers, d'autant plus effrayants que le mobile des crimes semble aussi ridicule qu'il est important à leurs yeux. A vrai dire, je ne sais pas ce qui, entre le mobile grotesque du meneur et la cruauté gratuite de son complice, m'a le plus effrayée.

J'ai relevé cette phrase à la fin du roman : "Le monde était décidément un endroit merveilleux. Peuplé de cauchemars". Des cauchemars où les femmes, les vieillards et les petites filles sans défense sont meurtris dans leur chair pour assouvir les lubies et le désir cruel d'un détraqué. C'est là d'ailleurs que la réalité rejoint la fiction, et ça fait froid dans le dos.

Leçons d'un tueur de Saul Black, Pocket, 2016, 564 pages
Laisser un commentaire :
Enregistrer un commentaire