De force de Karine Giebel


Après avoir aimé Juste une ombre et Purgatoire des innocents, j'attendais le prochain roman de Karine Giebel avec impatience. Pourtant, De force cache un récit sans surprise, au style un peu pauvre et aux personnages horripilants. Une grosse déception pour ma part.


Quatrième de couverture

Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a seule obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s'obstine à ne pas vouloir prévenir la police. La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d'un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine. L'ensemble s'accorde, fortissimo,  et soudain : quelques fausses notes...
Le temps de l'impunité est révolu.
Le temps des souffrances est venu.


Mon avis

Une jeune femme attaquée, un mystérieux agresseur et un garde du corps providentiel : on pensait pouvoir tenir là les ingrédients d'un thriller de haut vol. Malheureusement, la jeune femme en question s'avère être une fille à papa méritant des claques, l'agresseur un pauvre type plus très étanche et le garde du corps un gentil minot que l'on voit arriver à des kilomètres.

Si l'intrigue en elle-même est plutôt divertissante, De force souffre d'un récit trop long et surtout trop prévisible. Résultat : le suspense et l'effet de surprise que l'auteur tente de ménager tombent comme un soufflé râté.

Côté personnages, les différents protagonistes m'ont paru désagréables et assez caricaturaux. La palme de l'exaspération revient à Maud et son père, s'imaginant l'un et l'autre que le monde leur doit une obéissance au doigt et à l'oeil. Le traumatisme de blessures passées venant expliquer leurs réactions disproportionnées et parfois stupides ressemble d'ailleurs à de la psychologie de comptoir vite baclée.

Mais la plus grosse déception revient au style : les phrases courtes sont certes percutantes et faciles à lire, mais le récit souffre du coup d'un manque de corps (descriptions, digressions, recherche stylistique) qui pourrait le rendre plus vraisemblable et plus agréable. Et qu'est-ce donc que cette mode de mettre systématiquement des "Merde" et des "Putain" dans la bouche de ses personnages ?


En bref

Un thriller trop simpliste et au style trop pauvre comparé aux précédents romans de Karine Giebel.

Lisez-le si... vous n'avez pas encore lu les premiers romans de l'auteur.


Le livre

De force de Karine Giebel
Editions Pocket (2017), 576 pages
Publié initialement aux éditions Belfond

Je remercie les éditions Pocket pour cette lecture.

Laisser un commentaire
Enregistrer un commentaire