vendredi 23 mars 2012

Le Cercle des poètes disparus, de N.H. Kleinbaum

Couverture Le Cercle des poètes disparus 

Comme pour peut-être beaucoup d'entre vous, Le cercle des poètes disparus évoquait d'abord pour moi un film culte dans lequel Robin Williams répétait la phrase "Carpe Diem" et initiait ses élèves à la poésie. Ce film m'avait plu, mais pas vraiment plus que cela. Et puis, le livre de N.H. Kleinbaum figurait dans ma liste pour le baby-challenge Littérature contemporaine, je l'ai donc emprunté à la bibliothèque et me suis motivée à le lire dans le cadre d'une lecture commune organisée par Nekotenshi sur Livraddict.

Le Cercle des poètes disparus raconte la vie d'un collège traditionaliste du Vermont, dans les années 1960, bouleversée par l'arrivée d'un nouveau professeur de lettres, M. Keating. Plutôt que d'enseigner la littérature de manière brute et sans saveur, M. Keating transmet à ses élèves sa passion de la poésie, le goût de la liberté et de l'anticonformisme. Jusqu'à se heurter aux autorités parentale, académique et sociale...

Ce livre est pour moi un véritable petit bijou. Il se lit d'une seule traite, tant l'intrigue est prenante. Le lecteur suit un groupe d'étudiants qui, peu à peu, au contact de M. Keating, se lèvent contre l'autorité et le conformisme. Les personnages sont bien décrits et ont de la profondeur, et il est agréable de les suivre dans leurs transgressions. 

M. Keating est un personnage très sympathique, doté d'un grand sens de l'humour, qui m'a souvent fait sourire au cours de ma lecture. De plus, il s'agit d'un véritable passionné de poésie anglaise, passion qu'il transmet sans peine à ses élèves et au lecteur même. Les nombreux extraits de poésie qui jalonnent le livre sont bien choisis et permettent même au lecteur non amateur de poésie anglaise (que je suis !) de découvrir quelques chefs-d'oeuvre. 

Enfin, il s'agit d'un livre très humain, qui dénonce le conformisme et revendique le droit de mener sa vie comme on l'entend. Un livre où la bêtise de certains parents et enseignants peut pousser à de grands drames, et où les innocents, qui prônent l'ouverture d'esprit, sont punis. Personnellement, je n'aurais pas pu vivre dans le Vermont dans les années 60 et me faire imposer (même par mes parents) des choix de vie aussi importants que ma carrière ou mes fréquentations. Je crois que ce que j'aime particulièrement dans ce livre, c'est que, sans être ni révolutionnaire ni militant, il prône haut et fort, de la manière la plus simple qui soit, le droit de chacun de faire ses propres choix.

Voilà un livre qui, outre le fait d'être un très bon divertissement, délivre un véritable message qui peut servir à  tout un chacun. J'en conseille donc la lecture à tous.


Le cercle des poètes disparus, N. H. Kleinbaum, Le Livre de poche, 2008, 191 pages.

J'ai lu Le cercle des poètes disparus dans le cadre d'une lecture commune organisée par Nekotenshi sur Livraddict
Lire les avis de : mimi54, Simi, Hanaelle, nekotenshi

10 Commentaires :
  1. C'est clair, un petit bijou !
    Je trouve vraiment que c'est une lecture parfaite pour... tout le monde, en plus avec seulement 200 pages, ça serait dommage de se priver.
    Bel avis qui fait ressortir naturellement tous les points positifs de ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je trouve aussi que tout le monde devrait lire ce livre. C'est une merveilleuse découverte.

      Supprimer
  2. Je ne l'ai pas lu, et n'ai jamais réussi à voir le film en entier. Un incident se mettant toujours en travers de mon chemin...Ce qui fait que j'en ai vu des morceaux (dont le début en allemand, sous-titré en anglais...) mais jamais l'intégralité.
    Il faut vraiment que je remédie à cela... Me conseillerais-tu de commencer par le roman ou le film?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, il y a énormément de similitudes entre le livre et le film. En lisant le livre, je retrouvais avec beaucoup de détails des scènes du film que j'avais vu avant. Il est vrai que Robin Williams est génial dans le film. Après, j'ai toujours tendance à préférer lire le livre avant de voir son adaptation au cinéma. Mais c'est une question de goût. Et peut-être que si tu lis le livre, il y aura moins d'incidents qui viendront te perturber :)

      Supprimer
  3. Bon,je commencerai sans doute par le livre, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne idée, je pense que tu ne seras pas déçue :)

      Supprimer
  4. J'ai adoré moi aussi, surtout que pour moi c'était la découverte totale vu que je n'ai pas vu le film (la honte, moi qui adore Robin Williams !)
    Comme tu le dis si bien, il y a un véritable message à tirer de ce livre : rester critique et ne pas se laisser dicter ses choix.

    J'ajouterai que je l'ai lu en anglais et il est m'a paru facile à lire : avis à ceux qui voudraient se lancer dans les lectures en anglais ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil, il doit être effectivement facile et agréable en anglais. J'aime bien ce message, rester critique !
      Et puis, pour le film, il n'y a pas de honte à avoir, je l'ai moi-même vu qu'il n'y a quelques mois :)

      Supprimer
  5. Ha ! J'adore ta chronique ! C'est vrai que ce livre est un bel hymne à la liberté d'esprit et de choix ! Quitte à faire ses propres erreurs ! Il devrait être une lecture obligatoire à tous les futurs parents ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton compliment ! Moi, je trouve que la lecture de ce livre devrait être obligatoire à tous ! Et quel bonheur d'avoir une preuve bien évidente que la littérature peut servir à quelque chose (je n'en doute pas une seule seconde, mais je crois que beaucoup de gens pensent que la littérature ne sert à rien) :)

      Supprimer